Conseils pratiques

Retrouvez tous nos conseils pratiques pour les bébés de 12 à 36 mois.

Quelques repères nutritionnels

Pour bien se développer, votre enfant a besoin de nombreux nutriments.

Tous les nutriments sont importants :

  • des protéines, en quantité adaptée,
  • des lipides (dont les acides gras essentiels),
  • des glucides,
  • des minéraux.

Une alimentation lactée et diversifiée va couvrir l’ensemble de ses besoins.

A savoir :
Une supplémentation en vitamine D, prescrite par votre médecin, est nécessaire pour couvrir les besoins de votre enfant, et ceci jusqu’à la fin de son adolescence : de la naissance jusqu’à 18 mois, tous les jours, puis tous les 3 mois entre 18 mois et 5 ans.
Ensuite, ce sera juste une fois par an, à l’entrée de l’hiver.

Comment préparer les biberons de lait de croissance ?

Lavez-vous les mains soigneusement avant de préparer le biberon.

Versez le volume souhaité de lait de croissance, ou d’eau si vous utilisez un lait de croissance en poudre. Chauffez au chauffe-biberon ou bain-marie (jamais au four micro-ondes). Vous pouvez aussi donner le biberon à température ambiante.

Pour le lait de croissance en poudre, vous pouvez utiliser l’eau du robinet (robinet d’eau froide, eau non filtrée, non adoucie – vérifiez la qualité de l’eau auprès de votre mairie) ou des eaux en bouteille (vérifiez sur l’étiquette si l’eau est adaptée aux nourrissons).
Puis ajoutez les mesurettes de lait de croissance en poudre (une pour 30 ml d’eau). Lors du remplissage des mesurettes, il ne faut ni tasser la poudre avec le dos de la cuillère, ni faire dépasser un petit tas de la mesurette. La mesurette doit être remplie à ras, en égalisant avec la lame d’un couteau propre.
Si vous voulez préparer le biberon avant : mettez la quantité d’eau nécessaire dans le biberon et la quantité de poudre à part pour n’avoir plus qu’à mélanger au moment du repas de bébé.

A savoir :
Lait de croissance en poudre ou lait de croissance liquide ? Les deux formes existent. Le lait de croissance en poudre est pratique pour sa conservation et son transport ; le lait de croissance liquide est prêt à l’emploi.
Le biberon de lait de croissance en poudre une fois reconstitué se conserve 1 h s’il est à température ambiante et 30 minutes si vous l’avez chauffé. Et tout reste de lait non consommé par votre enfant doit être jeté !
La bouteille de lait de croissance liquide se conserve au réfrigérateur une fois ouverte (voir indications sur la bouteille). Jetez le lait de croissance restant dans le biberon si votre enfant ne l’a pas terminé.

Pour en savoir plus, téléchargez la fiche Comment bien préparer et transporter le lait infantile en toute sécurité.

Comment composer ses menus ?

Lait maternel ou lait de croissance : au moins 500 ml par jour. Les laitages de préférence à base de lait croissance ou les fromages peuvent compléter cet apport lacté.

Toujours 1 apport de protéines par jour : 30 grammes de viande, poisson ou œuf (soit l’équivalent de 6 cuillères à café ou 1/2 œuf dur).

Les petits plats conçus pour les enfants de cet âge sont adaptés à leurs besoins spécifiques.

Menu_12-36mois

Comment assaisonner ses plats ?

  • Le sel n’est pas nécessaire.
  • Le sucre est à limiter, ainsi que les produits sucrés (miel, chocolat).
  • Vous pouvez utiliser les herbes : persil, coriandre, basilic…ou les épices douces : cannelle, vanille, muscade…
  • Commencer à ajouter des petites quantités de matières grasses : une petite noisette de beurre cru non salé, un filet d’huile végétale (olive, colza, soja, tournesol… en les alternant car elles n’ont pas toutes la même composition en acides gras).

Que faire en cas de constipation ?

Le plus souvent, l’alimentation de plus en plus variée, avec l’apport de fibres (fruits, légumes, céréales), permet d’éviter ou de résoudre les phénomènes de constipation.

Si votre enfant vous semble constipé, demandez conseil à votre médecin. Pour faciliter le transit de votre enfant, il pourra vous proposer d’utiliser certaines eaux minérales et adapter son alimentation.

Que faire en cas d’allergies ou d’intolérances ?

Le risque et le type d’allergie évoluent lorsque l’enfant grandit.

Chez le nourrisson, c’est l’allergie aux protéines du lait de vache qui est la plus fréquente. Mais avec la diversification, et l’introduction d’aliments de plus en plus variés, l’enfant rencontre de nouveaux allergènes potentiels, à savoir :

  • les allergènes alimentaires les plus fréquents :
  • les œufs,
  • l’arachide,
  • les crustacés (surtout les crevettes),
  • le kiwi.

Si votre enfant a déjà une allergie connue, votre médecin le suit et vous conseille.

Comment savoir si mon enfant a un risque d’allergie ?

Votre enfant a plus de risques de développer une allergie alimentaire si un membre de la famille (mère, père, frère ou sœur) a une allergie alimentaire ou autre (asthme, eczéma…). Mais votre enfant peut aussi développer une allergie sans que personne ne le soit dans la famille.

Demandez conseil à votre médecin :

  • si votre enfant est « à risque » (des allergies dans votre famille),
  • si vous observez une réaction inhabituelle devant certains aliments,
  • s’il a des troubles digestifs fréquents, si des plaques ou petits boutons apparaissent après les repas,
  • et bien sûr si d’autres troubles vous inquiètent.

Si votre médecin pense à une allergie, il pourra demander certains tests pour confirmer le diagnostic, puis il vous recommandera un régime particulier.

A savoir :
Si votre enfant est « à risque » (cas d’allergie dans votre famille) : pas de noix, noisettes et amandes (y compris dans certains desserts), et pas d’arachides (y compris sous forme d’huile) avant l’âge de 3 ans.

L’allergie aux protéines de lait de vache

Si votre bébé était allergique aux protéines du lait de vache, celle-ci tend à disparaître en général entre 1 an et 3 ans.
Si elle persiste, il existe des produits spécifiques qui permettent d’assurer les apports lactés chez les enfants allergiques.