Réponses de spécialistes

Vous vous posez des questions sur les besoins de votre bébé, ses repas, ses soucis de digestion, ses problèmes de santé liés à l'alimentation... Ou bien vous vous posez des questions sur le comportement de votre bébé devant ses repas, sur ses refus, sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire, vous êtes inquiète... Voici les réponses de nos spécialistes : notre pédiatre et de notre psychologue.

Mon enfant n’a jamais assez à manger, comment calmer son appétit ?

Une règle, continuez malgré tout à bien respecter le rythme des 4 repas : petit déjeuner, déjeuner, goûter et dîner, et à lui donner des repas équilibrés. Il faut éviter le grignotage entre les repas.

Pour le « caler » davantage, vous pouvez augmenter sa ration de légumes autant que nécessaire (sans changer la quantité de viande ou poisson du plat : 30 g par jour). Vous pouvez aussi lui donner un peu plus de fruits ; la pomme, par exemple, a un effet rassasiant intéressant. Vous pouvez aussi le laisser boire davantage de lait (mais pas plus de 800 ml de laitage dans la journée).

En revanche, attention à la tentation des apports sucrés : gâteaux, desserts, boissons sucrées…

À partir de quel âge mon enfant peut-il manger les mêmes repas que le reste de la famille ?

Jusqu’à 3 ans, le petit enfant a encore des besoins bien spécifiques. Avant cet âge, il est encore trop petit pour manger complètement comme un grand ! Par exemple, ses besoins en protéines sont moins importants que les vôtres, il ne doit pas consommer autant de graisses…
Et vos plats sont trop assaisonnés pour lui : il n’a pratiquement pas besoin de sel ou de sucre ajouté.

Vous pouvez lui faire goûter de temps en temps ce que vous avez dans votre assiette. Mais il est préférable de lui préparer ses propres plats ou de lui donner des petits pots ou petits plats spécialement conçus pour lui (ils contiennent la bonne quantité, les bons ingrédients, et leur fabrication très contrôlée est une garantie de qualité et de sécurité alimentaire).

Après 1 an, est-ce que je dois continuer à donner du lait à mon bébé ?

OUI ! Le lait infantile reste essentiel à son alimentation.

Après un an, le petit enfant a encore une croissance très rapide et continue de se développer. Or les autres aliments qu’il consomme ne suffisent pas à couvrir tous ses besoins. Il a par exemple besoin de fer, qui ne peut pas être apporté par la petite quantité de viande qu’il consomme à cet âge, de calcium pour sa bonne santé osseuse, de lipides bien adaptés (dont les acides gras essentiels)…

Il est recommandé de donner de préférence un lait de croissance dont la composition correspond bien à ses besoins (il apporte la juste dose de protéines, la quantité nécessaire de fer et d’autres oligoéléments et minéraux, de vitamines…). Et ceci jusqu’à l’âge de 3 ans.
La quantité conseillée est de 250 à 500 ml par jour.
Vous pouvez compléter sa ration lactée par des laitages infantiles.

Le lait de vache est possible après un an, mais sa composition est moins adaptée aux besoins du petit enfant (trop riche en protéines, pauvre en acides gras essentiels, en fer…). Si vous choisissez de donner du lait de vache à votre enfant, il est important que ce soit du lait entier pour qu’il ait la ration de lipides nécessaire à son développement.

Mon bébé refuse maintenant le biberon, que faut-il faire ?

Certains bébés continuent à boire au biberon longtemps, d’autres le refusent catégoriquement.
Pourtant, l’apport de lait est encore très important pour la croissance du petit enfant.

Le lait – lait maternel ou laits infantiles est en effet indispensable à son équilibre alimentaire car les autres aliments qu’il consomme, même s’ils sont de plus en plus variés depuis le début de la diversification alimentaire ne suffisent pas à couvrir tous ses besoins. Les laits maternel ou infantiles permettent d’apporter de nombreuses vitamines, des minéraux et oligoélements, en particulier du fer et du calcium et des acides gras essentiels indispensables à son développement.

Si vous n’allaitez pas votre enfant, préférez le lait de croissance (mieux adapté à ses besoins que le lait de vache), et ceci jusqu’à l’âge de 3 ans. La quantité conseillée est de 250 à 500 ml par jour.

En pratique, si bébé ne veut plus de biberon, vous pouvez lui proposer le lait d’abord au verre à bec, puis au verre dès qu’il y est habitué.
Et pour compléter sa ration lactée, s’il refuse de boire ou s’il ne boit pas assez de lait… vous pouvez ajouter du lait de croissance dans ses purées ou dans ses desserts, et lui donner des laitages infantiles ou des desserts lactés infantiles.

Mon enfant refuse tout nouvel aliment, que faut-il faire ?

Entre 12 et 36 mois, l’enfant découvre de nouveaux aliments, de nouvelles saveurs, il développe son goût. A partir de 2 ans et demi-3 ans, il devient souvent plus sélectif, rechigne à goûter des plats qu’il ne connaît pas. On appelle ce phénomène la « néophobie » alimentaire : la peur de l’aliment nouveau. Ce phénomène, courant chez les petits enfants, peut même durer parfois jusqu’à l’âge de 6-7 ans.

Ceci sera d’autant plus facile à gérer que l’enfant est familiarisé tôt avec une alimentation variée. L’exemple de la famille est important, montrez que vous aimez !

Mais s’il se bloque, ne le forcez pas, attendez quelque temps pour lui proposer de nouveau l’aliment. Si cela ne marche pas, n’insistez pas, vous retenterez plus tard. Il faut parfois de nombreux essais pour que le petit enfant apprenne à aimer un aliment nouveau.