Conseils pratiques

Retrouvez tous nos conseils pratiques pour les bébés de 6 à 12 mois.

Quelques repères nutritionnels

Pour bien se développer, votre bébé a besoin de nombreux nutriments.

En particulier :

  • Des protéines, pour sa croissance.
    Elles sont apportées par le lait maternel ou les laits infantiles, puis, au moment de la diversification, par la viande, le poisson, les œufs ou par les produits laitiers, spécifiques bébés de préférence.
  • Des lipides, pour sa croissance et son développement cérébral.
    Le lait maternel et les laits infantiles sont riches en acides gras essentiels (notamment les oméga 3)
  • Des glucides, pour l’énergie.
    Les glucides sont apportés notamment par le lait maternel ou les laits infantiles, les céréales infantiles, et les féculents
  • Des minéraux, dont :
    – Le calcium, pour ses os. Apportés par le lait maternel ou les laits infantiles, et tous les produits laitiers. Il est indispensable à la construction de son squelette.
    – Le fer, indispensable à l’élaboration de l’hémoglobine. Tous les laits infantiles 2e âge sont enrichis en fer. Ils représentent le principal apport en fer entre 6 et 12 mois. On trouve aussi du fer dans les aliments infantiles enrichis en fer, et dans la viande, le poisson, les œufs.
  • Des vitamines :
    – En particulier de la vitamine D. Le lait maternel et les laits infantiles apportent de nombreuses vitamines, en particulier de la vitamine D, indispensable à la bonne absorption du calcium.
    On trouve aussi cette vitamine dans le beurre, les poissons gras, le jaune d’œuf. La vitamine D est aussi synthétisée au niveau de la peau grâce à l’action des rayons solaires. Sortez votre bébé régulièrement, mais attention, pas d’exposition directe au soleil pour le tout petit !

A savoir :
Une supplémentation prescrite par votre médecin est nécessaire pour couvrir totalement les besoins de votre enfant, très importants à cet âge où la croissance est très rapide.
Respectez bien la dose qu’il vous prescrit !

Quel biberon choisir ?

Le biberon peut être :

  • en plastique (dans ce cas, vérifiez bien que le biberon est garanti sans bisphénol A),
  • en verre.

A savoir :
Si les biberons en verre sont plus faciles à nettoyer que les biberons en plastique, ils sont plus dangereux en cas de chute.

Vous trouverez dans le commerce de nombreuses formes de biberon : cylindrique, triangulaire, coudé, « ergonomique »….
A vous de choisir : certains sont plus facile à tenir pour votre bébé… d’autres plus facile à nettoyer !

A partir de 6 mois, préférez un biberon avec une tétine 2e âge à fente plus large. Ce sera bien utile lorsque vous voudrez lui proposer des textures plus épaisses, comme les soupes ou lorsque vous ajouterez des céréales infantiles dans le biberon de lait !

Comment préparer les biberons de lait 2e âge ?

Avant de préparer le biberon, pensez à vous laver soigneusement les mains à l’eau et au savon et installez-vous dans un endroit propre.

Préparation du lait en poudre

Les quantités de poudre et d’eau nécessaires pour reconstituer le lait 2e âge sont indiquées par le fabriquant sur l’emballage : généralement, 1 mesurette rase de poudre pour 30 ml d’eau.
Respectez bien ce dosage, même si vous êtes tentée de mettre un peu plus de poudre !

Pour le mélange, il est possible d’utiliser :

  • ou de l’eau du robinet, en prenant les précautions suivantes :
    – se renseigner si possible sur la qualité de l’eau distribuée auprès de la mairie de son domicile,
    – utiliser uniquement le robinet d’eau froide et laisser couler l’eau 1 à 2 minutes si vous n’avez pas utilisé le robinet récemment,
    – utiliser de l’eau non adoucie et non filtrée,
    – veiller au bon état du robinet (nettoyage et détartrage réguliers).
  • une eau en bouteille adaptée aux nourrissons (vérifiez sur l’étiquette) ouverte depuis moins de 24h,

Si votre bébé a l’habitude de boire son biberon tiède faire d’abord chauffer la quantité d’eau nécessaire dans le biberon au bain-marie ou au chauffe-biberon (attention : jamais au micro-ondes !).

Agitez bien pour obtenir une texture et une température homogènes.

Pour un lait 2e âge sous forme liquide

Il suffit de verser la juste quantité de lait 2e âge dans le biberon bien propre, et de faire tiédir le lait au bain-marie ou au chauffe-biberon si votre bébé le boit tiède.

Attention :
Si vous donnez le biberon chaud, pensez à vérifier la température du lait en versant quelques gouttes sur l’intérieur de votre poignet avant de le donner à bébé !

Il est préférable de préparer le biberon juste avant le repas.
Mais si votre bébé ne commence pas son biberon tout de suite, ou si vous avez besoin de le préparer à l’avance, sachez qu’il peut être consommé pendant 1 heure à partir de sa préparation, et 30 minutes s’il a déjà été réchauffé, en le conservant à température ambiante, à l’abri du soleil et de toute source de chaleur.
Après ce délai, vous devrez le jeter.

Comment composer ses menus ?

Autour de 6 mois et jusqu’à 8-9 mois

Le lait maternel ou le lait 1er âge est l’aliment de base : au moins 500 ml par jour.
Les aliments sont mixés : on commence par les légumes cuits ou en petits pots, puis les fruits cuits ou bien mûrs sans ajouts de sucre ou en petits pot.
Pour commencer, il est possible d’ajouter quelques cuillerées dans le biberon avant de passer à la petite cuillère pour habituer bébé à de nouveaux goûts.
La viande, le poisson ou les œufs ne doivent être consommés qu’une fois par jour. Jusqu’à 8 mois, 10 grammes par jour suffisent (soit l’équivalent de 2 cuillères à café de viande ou poisson ou 1/4 d’œuf dur).
Les petits pots conçus pour les enfants de cet âge sont adaptés à leurs besoins spécifiques.
Ne forcez pas bébé à terminer son repas, mais soyez à l’écoute de ses besoins.

Menu_6-8mois

De 8-9 à 12 mois

Le lait maternel ou le lait 2e âge reste l’aliment de base : au moins 500 ml par jour. Les laitages à base de lait infantile peuvent compléter cet apport lacté.
Si la quantité de protéines augmente légèrement, elle ne concerne qu’un repas par jour : 20 grammes par jour de viande, poisson ou œuf dur (soit l’équivalent de 4 cuillères à café ou 1/3 d’œuf).
Les petits pots conçus pour les enfants de cet âge sont adaptés à ses besoins spécifiques.
Les textures sont plus épaisses : aliments moulinés, puis simplement écrasés et progressivement des petits morceaux. Ne précipitez pas les choses : soyez à l’écoute de votre enfant !
Ne forcez pas bébé à terminer son repas, mais soyez à l’écoute de ses besoins.

Menu_8-12mois

Que faire en cas de régurgitations ?

Après le biberon, le bébé a un renvoi de lait, une sorte de « trop plein » qui coule de sa bouche.

C’est un phénomène physiologique qui s’explique parce que le système digestif du bébé n’est pas encore tout à fait mature.
Et, lorsque bébé fait son « rot », l’air qu’il a absorbé en buvant son biberon est évacué avec un peu de lait.
Les régurgitations sont fréquentes, mais plus chez certains bébés que chez d’autres.
Ne pas confondre régurgitations et vomissements
Les vomissements, plus importants, sont de véritables projections en jet. L’estomac expulse son contenu !

Que faut-il faire ?

Si votre bébé régurgite, parlez-en à votre médecin.
Il existe en particulier des préparations spéciales « anti-régurgitation » un peu plus épaisses, que votre médecin peut vous conseiller.
S’il perd l’appétit, a des douleurs au moment des biberons, ne prend pas de poids, vomit, il ne s’agit probablement pas de simples régurgitations. Il faut alors consulter votre médecin.

Que faire en cas de constipation ?

Si votre bébé ne fait pas de selles régulièrement, parlez-en à votre médecin
Avec la diversification, l’apport de fruits, légumes et donc de fibres résout en général ce problème.
Votre médecin peut aussi vous conseiller certaines préparations lactées adaptées ou certaines eaux minérales qui facilitent le transit (bien vérifier sur les étiquettes si elles sont indiquées chez le bébé).

Que faire en cas d’allergies ou d’intolérances ?

Si votre enfant supporte mal certains aliments, il s’agit peut-être d’allergie ou d’intolérance :

  • en cas d’allergie, son organisme est sensibilisé à une substance d’habitude inoffensive, et son système immunitaire réagit de manière disproportionnée,
  • une intolérance est liée à un mauvais fonctionnement du système enzymatique chargé de « digérer » une substance.

Les allergies alimentaires

L’allaitement maternel et une diversification progressive permettent de réduire les risques d’allergies alimentaires.

Demandez conseil à votre médecin :

  • si votre bébé a des troubles digestifs fréquents, s’il a des plaques ou des petits boutons qui apparaissent sur la peau après les repas, ou si d’autres troubles vous inquiètent,
  • si vous-même, le papa ou certains de vos enfants avez des allergies alimentaires connues : votre enfant est peut-être prédisposé (« à risque »).
  • s’il pense à une allergie, votre médecin pourra demander certains tests pour la confirmer, puis il vous recommandera un régime particulier.

Pour les enfants allergiques aux protéines du lait de vache, il existe des préparations infantiles spécifiquement formulées.

A savoir :
L’allergie aux protéines du lait de vache est la plus fréquente des allergies alimentaires du nourrisson, surtout au cours des premiers mois.
L’alimentation lactée pourra être assurée par des préparations infantiles spécifiques prescrites par le médecin.

Si votre enfant est « à risque », les aliments à éviter sont :

  • les oeufs (pas avant 1 an),
  • les noix, noisettes, amandes (attention, ces aliments peuvent être présents dans certains desserts),
  • les arachides, y compris sous forme d’huile,
  • les poissons, fruits de mer et crustacés (pas avant 1 an),
  • le kiwi et le céleri (pas avant 1 an).

Les intolérances

Votre bébé peut être intolérant au lactose, un glucide présent dans le lait.
Des préparations infantiles spécifiques peuvent vous être recommandées par votre médecin.
Les bébés peuvent aussi être intolérants au gluten, une protéine présente dans les céréales. Dans ce cas, votre médecin vous donnera des conseils pour adapter le régime de votre enfant.