Recommandations

Retrouvez nos recommandations pour les bébés de 6 à 12 mois.

Les besoins de bébé

À 6 mois, votre enfant a doublé son poids de naissance… et à 1 an, il l’aura triplé ! Pendant sa première année il grandira de 20 à 25 cm. Durant cette période de croissance intense, votre bébé va se tenir assis, puis ramper, marcher à quatre pattes, se mettre debout, et peut-être marcher… avec votre aide ! Dans le même temps, ses capacités de digestion évoluent et il apprend à mâcher, à tenir une cuillère…

Toutes ses aventures nécessitent une grande quantité d’énergie : environ 90 kcal/kg, contre 35 kcal/kg pour un adulte, et une évolution de son alimentation.

Pendant cette période, il y a deux phases :

  • le début de la diversification alimentaire (introduction progressive des aliments non lactés),
  • puis la phase d’installation d’une alimentation diversifiée (c’est-à-dire au moins l’équivalent d’un repas majoritairement non lacté par jour).

Mais le lait (lait maternel ou lait 2e âge) et les produits lactés doivent rester la base des apports alimentaires de votre bébé.

L’introduction des autres aliments se fait idéalement à partir de 6 mois révolus, et jamais avant 4 mois révolus.

L’alimentation lactée

Entre 6 et 12 mois, le lait – lait maternel ou préparations infantiles – et les produits lactés restent la base de l’alimentation de votre bébé.

Si vous allaitez votre bébé, vous pouvez biensûr continuer l’allaitement si vous le souhaitez.

Les laits 2e âge, ou « préparations de suite »

En relais de l’allaitement ou des laits 1er âge, les laits 2e âge sont recommandés à partir du 6e mois et jusqu’à l’âge de 1 an (ensuite les laits de croissance prendront le relais jusqu’à 3 ans). Ils répondent aux besoins nutritionnels de votre bébé.
Leur qualité nutritionnelle et sanitaire est garantie par une réglementation très stricte.

Ils apportent :

  • la juste quantité de protéines, glucides et lipides (dont les acides gras essentiels indispensables au développement de bébé),
  • 13 vitamines (vitamine C, vitamine D, vitamine A…) et 13 minéraux, parmi lesquels le calcium et le fer (mais aussi sodium, phosphore, zinc, iode, potassium, magnésium, chlorure, cuivre, manganèse, sélénium, fluorure).

Quelle quantité ?

Votre bébé a besoin d’au moins 500 ml de lait ou produits lactés par 24 heures en moyenne.
Par exemple en 3 biberons : le matin, au goûter et le soir.

Peut-on donner d’autres types de laits ?

Seules les préparations de suite (les laits 2e âge) sont destinées aux enfants de cet âge.
Le lait de vache n’est pas conseillé avant l’âge de 1 an.
Le nourrisson de 6 mois à 1 an a des besoins nutritionnels, en particulier en acides gras essentiels, en fer, zinc, et certaines vitamines, qui ne peuvent être couverts avec le lait de vache.
Et la consommation de laits d’autres animaux (chèvre, brebis, jument, ânesse…) ou de soja (en dehors de préparations de suite spécifiques à base de soja), d’amande, de châtaigne… sont à éviter formellement.

La diversification

La diversification alimentaire permet de répondre à l’évolution des besoins nutritionnels, mais aussi physiques de votre enfant (comme le fait d’avoir quelques petites dents), tout en lui faisant découvrir de nouvelles saveurs et de nouvelles textures.
Elle ne doit jamais commencer avant 4 mois. Les experts recommandent de la débuter autour de 6 mois.
On commence par les légumes et les fruits, puis la viande et le poisson, les laitages, les œufs.

Elle se déroule en deux phases :

  • Jusqu’à 8 mois : vous pouvez commencer à introduire des aliments bien mixés à l’un des repas (par exemple à midi). Au début, on peut les ajouter dans le biberon, puis les donner ensuite à la cuillère en complément du biberon, pour que votre bébé découvre progressivement de nouveaux goûts.
  • Entre 9 et 12 mois : vers cet âge, on peut commencer des soupes plus épaisses, des bouillies, puis de vraies purées, des textures grumeleuses, et enfin des petits morceaux, en vous adaptant à ses capacités de mastication, pour que votre bébé découvre de nouvelles textures.

Chaque enfant a son propre rythme, certains sont contents de découvrir de nouvelles saveurs… d’autres moins. Vous pouvez laisser le temps à votre bébé de s’adapter !
Pour que la diversification se fasse en douceur, le mieux est d’apprendre à connaître ses goûts. N’insistez pas s’il refuse un aliment, vous pourrez le lui proposer de nouveau un peu plus tard.

Quelques conseils pour une diversification réussie :

  • Le lait maternel ou infantile reste la base de l’alimentation de l’enfant : gardez 2 à 3 tétées ou biberons par jour.
  • Au début, la texture est lisse, puis plus épaisse, puis grumeleuse. Vers 9 mois/1 an, l’enfant peut commencer à manger des petits morceaux.
  • N’introduisez qu’un changement à la fois : un nouveau goût, une nouvelle texture, la cuillère…, en respectant un intervalle de quelques jours avant d’introduire un nouvel aliment.
  • La diversification se fait progressivement en respectant le rythme de l’enfant.
  • Commencez par les légumes et les fruits, puis les viandes et les poissons, les oeufs et les laitages.
  • Dès que vous avez commencé les protéines : un seul aliment du « groupe viande ou poisson ou oeuf » par jour, pas plus.
  • Vous pourrez préparer vous-même des petits plats : utilisez de préférence des fruits et légumes frais et des poissons et viandes de bonne qualité pour garantir des apports nutritionnels optimum.
  • Les aliments infantiles (petits pots, petits plats, laitages infantiles…) sont aussi très utiles. Leur composition et leur qualité sont très contrôlées, et ils ont l’avantage de donner la juste quantité en fonction de l’âge de votre enfant.

A savoir :
Si votre bébé ne finit pas son petit pot, vous pouvez le conserver au réfrigérateur bien fermé pendant 48 heures.