L’amour paternel, c’est aussi important ?

C’est une vaste analyse publiée par la très sérieuse revue anglo-saxonne « Personality and Social Psychology Review » qui le dit ! « . Une équipe de chercheurs de l’Université du Connecticut a passé au crible 500 études parues dans le monde sur le sujet.


L’amour d’un père ça compte tout autant que celui de la maman pour le développement de bébé.

Partout dans le monde, quel que soit le sexe de l’enfant, quelle que soit la culture, on retrouve de la même manière l’importance de l’attachement du père à son enfant (ou de son rejet) sur le développement et la personnalité dans la petite enfance et, plus tard, à l’âge adulte. On sait que l’amour maternel joue pour donner à l’enfant un sentiment de sécurité, de bien être, pour lui donner confiance en lui, favoriser ses relations aux autres, canaliser son agressivité… La présence attentive du père compte tout autant, et même peut-être encore plus ! Le « modèle du père » s’imposerait davantage.


Alors, message aux papas ! S’occuper de son bébé, lui donner le bain, jouer avec lui, le faire manger…, bref échanger avec lui dans le plaisir, c’est lui donner un supplément de chances pour l’avenir. Finalement, ça n’est pas maman ou papa qu’il lui faut, mais les deux. Et lorsqu’il y a des soucis, ça n’est pas uniquement la relation maman-enfant qu’il faut regarder…


L’étude : A. Khaleque, R.P. Rohner. Transnational Relations Between Perceived Parental Acceptance and Personality Dispositions of Children and Adults. A Meta-Analytic Review. Personality and Social Psychology Review, May 2012.